Choisir et mettre en place une cheville

Cheville et vis

Pour fixer solidement dans un mur ou dans une cloison, pour assembler et lier deux éléments ou encore verrouiller la position d’un objet, il est nécessaire de choisir les bonnes chevilles. Il en existe une grande variété, déclinées selon la nature du support ou encore les caractéristiques de l’élément à fixer. Pour vous aider à bien choisir et mettre en place une cheville, suivez nos conseils.

Toutes nos chevilles

Les 8 principaux types de chevilles

Il existe de nombreux types de chevilles. Les huit principaux types de chevilles que nous regroupons ici peuvent vous permettre de trouver une solution pour la plupart de vos applications. Si besoin, des chevilles spéciales – que nous évoquons ci-dessous – sont également accessibles.

Cheville crampon

Cheville à crampon

La cheville crampon est adaptée pour les charges légères. Il s’agit d’un type de cheville que l’on peut retrouver tant pour une fixation sur un support creux que sur un support plein. Le fonctionnement de cette cheville est simple : lorsqu’elle est insérée dans le mur, elle s’ouvre pour se fixer. Avec un matériau plein, elle va se cramponner. Dans le cas d’un matériau creux, elle va se bloquer.

Cheville à expansion métallique (cheville Molly)

Cheville Molly à expansion métallique

Les chevilles à expansion métallique ou cheville Molly, sont des chevilles en métal spécialement pensées pour être positionnées dans des plaques de plâtre ou encore des cloisons alvéolaires et des briques creuses. Les chevilles Molly sont dotées de leurs propres vis. La fixation est particulière, car il faut utiliser une pince à expansion avec la vis pour que la cheville s’ouvre et se bloque dans la paroi. Des chevilles réputées pour leur solidité, que l’on trouve dans une grande variété de tailles.

Cheville à expansion plastiques

Cheville à expansion plastique

Les chevilles à expansion en plastique sont des chevilles multi-supports. Une solution véritablement polyvalente car ces chevilles s’adaptent aux murs pleins ou creux. Il suffit ensuite d’utiliser un système de vissage universel. L’ancrage des chevilles à expansion plastique se réalise comme leur nom l’indique par « expansion ». Cela signifie que le volume de la cheville augmente au fur et à mesure du vissage pour que celle-ci soit bien calée dans le support.

Cheville à frapper

Cheville à frapper

Les chevilles à frapper sont des chevilles qui possèdent une structure fendue. Celle-ci va s’ouvrir et se bloquer dans le matériau au fur et à mesure de la progression de la vis. Une cheville à frapper doit être enfoncée à l’aide d’un marteau. Les chevilles à frapper peuvent être utilisées tant sur des supports pleins que sur des supports creux. Elles sont indiquées notamment pour la fixation de tasseaux.

Cheville à visser

Cheville à visser

Contrairement aux autres types de chevilles, les chevilles à visser ne nécessitent pas de perçage préalable. Elles disposent en effet d’une pointe affûtée qui permet un vissage directement dans le support. Leur usage reste limité aux supports creux et tendres comme des plaques de plâtre. De même, les chevilles à visser ne peuvent pas être utilisées pour la fixation de charges lourdes. Il convient de les réserver aux charges légères seulement.

Cheville à déformation

Cheville à déformation

Les chevilles à déformation - que l’on peut également appeler chevilles à verrouillage de forme - sont des chevilles dont le corps se rétracte lors du vissage. La cheville va gonfler pour former un bourrelet qui bloque la vis dans le support. Elles s’utilisent sur murs pleins et creux.

Cheville à bascule

Cheville à bascule

Les chevilles à bascule sont des chevilles métalliques qui permettent la suspension d’éléments. Elles sont munies d’ailettes à ressort qui se déploient pour la fixation. Elles présentent une extrémité en crochet, idéale pour des suspensions au plafond et/ou des lustres.

Cheville autoforeuse

Cheville autoforeuse

Les chevilles autoforeuses sont des chevilles dont la pointe permet une installation rapide et efficace. Il existe notamment des pointes autoforeuses avec plusieurs lames tranchantes. Il existe des versions très techniques qui disposent notamment d’une pointe autotaraudeuse inclinée, ou encore de plusieurs ergots anti-rotation qui empêchent la cheville de tourner dans le forage.

Focus sur les chevilles spéciales

Il existe des chevilles spécialement pensées pour certains usages. Ainsi, outre les grandes familles de chevilles que nous venons de lister, certaines sont dédiées pour la fixation d’accessoires électriques, pour la fixation de sanitaires et d’équipements de chauffage ou encore pour la fixation d’éléments d’isolation extérieure (ITE).

Fixation d'accessoires électriques

Cheville pour fixation d'accessoires électriques
Il existe des vis et chevilles dédiées à la fixation d'accesoires électriques

La norme NF C 15-100 prévoit un ensemble de règles à respecter pour les installations électriques dans les locaux d'habitation. Il convient de respecter cette norme et ses évolutions régulières pour éviter toute erreur pouvant entraîner un danger, ou encore un signalement au travers du diagnostic électrique (lors de la revente).

Dans le cas de la fixation d’accessoires électriques, il faut s’intéresser à la nature du matériau et à la charge totale pour choisir les bonnes chevilles. Toutes ne seront pas adaptées. Il existe pour les travaux d’électricité des chevilles et des vis spécifiques comme les « fix câbles » avec filet bois ou filet métrique.

Fixation de sanitaires et chauffage

Cheville pour fixation de chauffe-eau et chauffage
Cheville et système de fixation pour chauffe-eau et chauffage

En ce qui concerne les sanitaires, le chauffage et la climatisation, on retrouve très souvent des chevilles à frapper. Il existe ainsi des modèles spéciaux comme des chevilles de fixation de chauffe-eau « plaque de plâtre + polystyrène » (chevilles métalliques ou en plastique). Ces chevilles pour fixation de chaudière murales peuvent avoir une longueur totale qui peut atteindre 200 ou 240 mm.

Dans le cas d’une fixation dans le béton, on peut retrouver des chevilles chimiques pour une fixation sans tension. Il existe également des chevilles en inox. Elles sont recommandées si vous cherchez absolument des solutions de fixation qui proposent un bon niveau de protection face à la corrosion.

Cheville extérieure

Cheville et fixation d'extérieur
Cheville pour isolation par l'extérieur

Pour la fixation de panneaux isolants en fibre de bois rigides ou panneaux de liège, et plus globalement pour tout type d’isolation par l’extérieur, il est recommandé d’utiliser les chevilles à frapper ou à visser. Les chevilles vont assurer la bonne tenue mécanique de l’ensemble isolant. Nous vous recommandons des chevilles à rosaces à frapper ou à visser. Les dernières nommées sont plus solides avec une meilleure résistance à l’arrachement. Avant d’acheter des chevilles pour isolation par l’extérieur, vérifiez qu’elles sont bien adaptées au support. Il suffit pour cela de vous reporter à la lettre présente sur l’emballage.

  • A pour le béton
  • B pour les matériaux pleins
  • C pour les matériaux creux
  • D pour le béton allégé
  • E pour le béton cellulaire.

Quels critères pour choisir ses chevilles ?

Tableau comparatif des chevilles et usages
Quelle cheville pour quel matériau ? Notre tableau comparatif

Cheville pour un matériau plein

Les matériaux pleins permettent de disposer d’un support solide (mur, dalle de sol). Il s’agit souvent d’éléments porteurs en béton, en ciment, en parpaing plein ou encore en brique pleine voire en pierre naturelle. Quelles sont les chevilles adaptées à ces matériaux pleins ? Puisqu’ils possèdent une bonne solidité, vous pouvez choisir des chevilles qui supportent une charge maximale élevée.

C’est le cas par exemple des chevilles à expansion. Au moment du vissage, le gonflement et l’expansion de l’ensemble va permettre un bon ancrage dans la paroi.

Vous pouvez également choisir des chevilles à frapper ou encore des chevilles métalliques. Certaines chevilles métalliques (à griffe ou à expansion) peuvent soutenir plusieurs centaines de kilos.

Cheville pour un matériau creux

Pour les matériaux tendres (matériaux creux) comme les carreaux de plâtre, les parpaings creux ou encore la brique creuse, le placo et les panneaux alvéolaires, vous pouvez choisir une grande variété de chevilles.

Des chevilles plastiques à expansion suffiront pour les petites charges (moins de 20 kg), mais il faudra ensuite basculer sur des chevilles nylon ou des chevilles bi-composants à déformation.

Vous pouvez également préférer des chevilles métalliques à expansion ou même à grande expansion pour les charges les plus lourdes.

Epaisseur du support

Il est important de connaître l’épaisseur du support sur lequel vous voulez venir fixer une cheville pour pouvoir déterminer la longueur de celle-ci. En associant le poids de la charge à fixer et l’épaisseur du support, vous pouvez définir le bon type de cheville et sa longueur optimale.

Diamètre de la cheville en fonction de la charge
Diamètre de la cheville en fonction de la charge

  • Pour une charge légère, inférieure à 20 kg, le diamètre de la cheville peut être compris entre 3 et 5,5 mm.
  • Pour une charge moyenne, comprise entre 20 et 50 kg, le diamètre de la cheville peut être compris entre 6 et 8 mm.
  • Enfin, pour une charge lourde, supérieure à 50 kg, le diamètre de la cheville doit être supérieur à 10 mm.

La règle : il faut choisir une cheville de la plus grande longueur disponible correspondant au diamètre minimal imposé par la charge. Vous aurez alors une vis longue, ce qui permet de rigidifier encore plus la fixation.

Cheville pour fixer des charges légères

Pour fixer des charges légères, vous pouvez vous tourner vers des chevilles à frapper (pour les matériaux pleins) ou encore vers des chevilles à déformation ou verrouillage de forme, et des chevilles à visser (pour les matériaux creux).

Cheville pour fixer des charges lourdes

Pour fixer les charges lourdes, il est recommandé de se tourner vers des chevilles boulons pour les matériaux pleins, et vers des chevilles à déformation ou verrouillage de forme adaptées. Vous pouvez également opter pour un scellement chimique avec de la résine et un durcisseur pour créer un ensemble plus rigide.

Bien choisir son foret pour ses chevilles

Afin de bien poser vos nouvelles chevilles, vous devez disposer de forets adaptés tant au support qu’au diamètre de la cheville en elle-même. Un bon foret va vous aider à percer un trou légèrement plus profond que la longueur de la cheville. Cela vous aidera à insérer plus facilement l’ensemble et à faciliter sa déformation ensuite pour un meilleur ancrage.

Le bon foret dépend du matériau dans lequel vous voulez venir fixer les chevilles : béton, brique, moellons, plaques de plâtre, panneaux de laine de bois. A chaque matériau correspond ses forets et ses chevilles.

Les forets pour le béton

Foret béton

Pour effectuer des trous dans du béton, vous devez choisir des forets pour béton. Logique ! Ces derniers peuvent également être utiles pour d’autres travaux et notamment vous aider à effectuer des trous dans le granit, le grès et le plâtre. A avoir dans votre ensemble de forets.

Les forets pour le bois

Foret bois

Les forets pour bois (ou mèches à bois) sont en règle générale fabriqués en acier trempé et dotés d’une pointe « aiguille » affutée. Pour du bois plus ou moins épais, du contreplaqué et de l’aggloméré, il existe une grande variété de forets. Ces derniers peuvent être plats, hélicoïdaux ou à spirale.

Les forets pour les métaux

Foret à métaux

Il existe des forets spécialement adaptés au cuivre, au zinc, au laiton, à l’aluminium, au fer ou à l’acier. Il est important de ne pas utiliser un foret adapté au béton ou au bois dans les métaux car le risque de casse est inévitable. Les forets pensés spécialement pour les métaux sont fabriqués à partir d’HSS (acier rapide supérieur), de cobalt, de titane ou encore avec du carbure de tungstène.

Quelles vis choisir pour ses chevilles ?

Anatomie d'une  vis
Chosir la bonne vis pour la bonne cheville

Il est important que les vis qui viennent se positionner dans les chevilles soient adaptées. Respecter cette proportion de taille entre les deux éléments est crucial.

Diamètre de la vis

Pour sélectionner le bon diamètre de vis, il vous suffit de vous intéresser au diamètre du trou de perçage. Celui-ci doit avoir le même diamètre que la vis. Seule exception, si vous effectuez les travaux dans un matériau creux ou friable. Dans ce cas, la vis doit avoir un diamètre légèrement supérieur au trou de perçage.

Longueur de la vis

Une vis doit être au moins aussi grande que la cheville. Il est même recommandé que celle-ci soit légèrement plus longue afin d’avoir une fixation encore plus rigide. Vous pourrez aussi disposer de la vis comme « crochet » si vous voulez vous en servir pour fixer un cadre, une suspension, etc.

Un besoin ou une question sur les vis ? Consultez notre guide pour choisir ses vis.

Notre sélection des 5 marques phares de chevilles

Modèle
Aperçu
Prix
Détails
À partir de 4,22 € TTC 3,52 € HT

Tous matériaux

Voir le produit
37,15 € TTC 30,96 € HT

Pour paroi creuse

Voir le produit
À partir de 3,59 € TTC 2,99 € HT

Pour matériaux légers, support plein ou creux

Voir le produit
À partir de 12,46 € TTC 10,38 € HT

Support plein ou creux

Voir le produit
À partir de 5,00 € TTC 4,17 € HT

Multi-matériaux, charge légère

Voir le produit

Mettre une cheville en 3 étapes

Percer

Cheville dans matériau creux ou plein
Percer pour installer la cheville

Avant de venir mettre en place une cheville, il est primordial d’effectuer un perçage. Pour cela, une perceuse ou un perforateur sont nécessaires. Effectuez un trou dont le diamètre est égal ou légèrement inférieur au diamètre de la cheville à positionner. Il faut absolument éviter d’effectuer un trou dont le diamètre est trop important, car la cheville tournera alors sur elle-même. D’où l’importance de sélectionner le bon foret.

Pour plus d'infos sur le sujet, découvrez notre article de blog "Comment percer un mur ?"

Frapper

Insérer la cheville
Introduire la cheville à l'aide d'un marteau

Lorsque le perçage a été effectué et que vous disposez d’un trou d’un diamètre suffisant pour insérer la cheville, commencez par l’introduire. Ensuite, vous devez la frapper légèrement pour faciliter son passage. Un petit marteau ou même un maillet peuvent suffire.

Expanser

Visser la vis dans la cheville
Visser la vis dans la cheville

Maintenant que la cheville est en place dans le trou, il ne reste plus qu’à visser ou boulonner voire frapper (selon le type de cheville). La cheville va alors s’agrandir et se bloquer. Pour effectuer le vissage ou le boulonnage, vous devez utiliser une visseuse avec une clé ou un embout adapté (type torx ou pozidriv).

A savoir : la pose d’une cheville Molly possède quelques particularités. Il faut évidemment percer un trou puis positionner la cheville. Mais, pour la dernière étape qui consiste à verrouiller la position de la cheville, il vous faut disposer d’une pince spéciale. Placez la pince sur la cheville, entre la collerette et la tête de la vis, puis tirez sur la poignée. La cheville va alors prendre sa position définitive en se fixant elle-même au support, de l’intérieur.

Pose d'une cheville molly
Pose d'une cheville Molly

Retirer une cheville d'un mur : nos astuces

Afin de retirer une cheville d’un mur, il faut tout d’abord repérer le type de cheville.

Retirer une cheville à expansion

Les chevilles à expansion sont parmi les plus dures à retirer. En général, plutôt que d’essayer de les enlever, il est recommandé de les faire disparaître en les enfonçant dans le support. À la main ou avec un marteau, enfoncez la cheville. Ensuite, avec l’enduit de rebouchage, recouvrez-la.

Le cas particulier des chevilles Molly : très résistantes et réputées pour leur solidité, les chevilles Molly sont aussi le cauchemar de nombreux bricoleurs qui ne parviennent pas à les enlever. Pour les extraire, il est recommandé de couper la collerette à l’aide d’une pince coupante. Ensuite, il suffit d’abaisser les sailettes visibles pour dégager la cheville. Si vous n’y parvenez pas, vous n’aurez pas d’autres choix que de l’enfoncer dans le mur.

Retirer une cheville simple

Pour retirer une cheville en plastique ou une cheville simple, il vous suffit de positionner une vis jusqu’à la moitié de la cheville. Ensuite, avec une pince, tirez sur l’ensemble. Il peut être nécessaire de faire tourner sur elle-même la cheville dans son trou tout en tirant légèrement afin de l’extraire.

Astuce : pour retirer une cheville en plastique ou en nylon de faible dimension, vous pouvez utiliser… un tire-bouchon ! En faisant tourner le tire-bouchon directement dans la cheville, vous allez extraire celle-ci de son support.

Attention lorsque vous retirez une cheville : pour ne pas vous blesser, il est recommandé de ne pas monter sur un support léger et de ne pas prendre appui sur un élément qui n’est pas lui-même correctement fixé. Ce conseil est valable notamment si vous retirez des chevilles positionnées en hauteur afin d’éviter tout risque de chute.

Choisir ses chevilles : les 4 questions les plus posées par nos clients

Comment retirer une cheville du placo sans pince ?

Pour retirer une cheville présente dans des plaques de placo, et plus communément pour retirer des chevilles Molly, il est recommandé de faire sauter la collerette avec un tournevis. Vous pouvez également la découper à l’aide d’une pince coupante… puis pousser la cheville pour qu'elle tombe dans la cloison. Sans pince, vous allez devoir user de patience pour parvenir à faire sauter cette collerette, mais la manipulation est possible.

Quelles chevilles utiliser pour du carrelage ?

Si vous devez effectuer des trous dans de la faïence ou du carrelage, nous vous recommandons d’utiliser des chevilles en plastique sans collerette. Vous éviterez ainsi le risque de casse au moment de la pause. En amont, il est important de sélectionner un foret adapté là encore pour éviter de fissurer le support.

Ma cheville tourne dans le mur, que faire ?

Vous avez fait un trou trop grand pour venir positionner une cheville ? Pour l’empêcher de tourner dans le logement, vous pouvez alors l’enrouler dans un peu de papier ou de carton puis la remettre en place. Une autre technique consiste à enfoncer en même temps la cheville et une demi-cheville coupée pour combler l’espace. Cette astuce n’est valable que sur les murs pleins. Dans le cas d’un support creux, le risque de faire tomber l’ensemble et surtout de ne pas bénéficier d’une bonne solidité est très fort. Il est recommandé alors de refaire un nouveau trou ailleurs pour venir fixer votre cheville… ou de rigidifier le tout avec une fixation chimique.

A quelles chevilles recourir pour un mur qui s'effrite ?

Dans le cas où vous devez faire face à un mur friable, il ne faut pas utiliser n'importe quelles chevilles. L’important est de disposer d’une cheville avec une expansion modérée. Au moment d’effectuer le trou de perçage, essayez d’obtenir un diamètre inférieur à la cheville. Jusqu’à 1 mm ou 0,5 mm de moins que le diamètre de la cheville. Insérez ensuite la cheville doucement, avec des coups de maillet ou de marteau léger. Puisque le mur est friable, vous ne devez pas taper trop fort.

Synthèse du guide Choisir et mettre en place une cheville

Une cheville ne se sélectionne pas selon des critères esthétiques mais bien en fonction de critères pratiques. Selon le poids de l’élément à fixer (la charge) mais aussi la nature du support et ses qualités, un type de cheville est à privilégier.

Ne négligez pas le choix de chevilles longues et avec une matière solide pour une fixation rigide. Faire preuve de prudence en optant pour des chevilles aux caractéristiques plus fortes que nécessaire n’est pas vain. Vous serez rassuré et le prix de bonnes chevilles n’est rien en comparaison à la solidité et rigidité qu’elles apportent.

Alors, quelle cheville vous faut-il ?

Toutes nos chevilles